Formateur interne en entreprise

Une formation est dite «interne » lorsqu’elle est conçue et réalisée par l’entreprise, avec ses propres ressources (formateur, locaux, contenus pédagogiques) pour ses salariés.
Cette modalité de formation permet de faire monter en compétences  les salariés de l’entreprise en privilégiant les  savoir-faire métiers propres et spécifiques de l’entreprise.

Dans le cadre de ses fonctions, le formateur interne peut être amené à créer une formation et/ou animer une formation interne.
Pour répondre aux besoins des entreprises, ces deux axes sont déclinés en deux formations :

Création d'une formation interne
Apprendre à concevoir et formaliser un programme de formation suite à un besoin ou une demande. EN SAVOIR +
Animation d'une formation interne
Apprendre à animer une séquence de formation auprès de ses collaborateurs et évaluer leurs acquis. EN SAVOIR +

Ces deux formations sont complémentaires dans le cadre d’un dispositif AFEST (Action de Formation En Situation de Travail). Un formateur interne (ou référent AFEST) doit maîtriser les compétences visées par ces deux formations.

AFEST : Qu’est-ce c’est ?

L’AFEST est définie comme un processus de formation qui alterne de manière répétée des séquences d’apprentissage en situation de travail et une séquence d’ancrage des apprentissages au sein d’une séance réflexive.

Extrait du rapport sur l’AFEST de juillet 2018 :

Le cœur de l’AFEST s’articule autour d’un noyau dur structuré par l’alternance de deux séquences distinctes mais articulées et réitérées autant de fois que nécessaire pour produire les apprentissages visés :

  • Une mise en situation de travail préparée, organisée et aménagée à des fins didactiques ;
  • Une séquence réflexive (en rupture avec l’activité productive), animée par un « tiers », à « chaud » et/ou à « froid », visant à :
    • élaborer « une pensée sur l’action »1 et lui donner du sens,
    • consolider les savoirs incorporés durant les temps productifs,
    • apprendre aux formés à identifier et verbaliser les compétences dont ils sont détenteurs.

Cette séquence réflexive consiste en une mise en perspective/confrontation (accompagnée) entre deux types de « supports » :

  • « des traces de l’activité » issues de la mise en situation de travail, d’une part ;
  • et des références sur le prescrit, « ce qui est attendu »/ « ce qui est à faire dans l’activité » (ex : fiche de poste, référentiel métier, normes qualité de process, …), d’autre part.

Télécharger la synthèse du rapport de juillet 2018